• #Agence connectée
  • #Inbound en entreprise

D’après une récente étude, 82% des consommateurs français estiment que l’email sera le canal le plus utilisé sur les 10 prochaines années. Autre chiffre édifiant : d’après une enquête Econsultancy, 73% des professionnels considèrent le ROI de l’email comme bon, voire excellent. Cela démontre bien l’importance et l’intérêt de ce canal de communication pour les marques. Alors pour vous aider à créer des campagnes efficaces, nous vous confions dans cet article 3 conseils en lien avec les différentes étapes de l’emailing : la création, l’envoi et le suivi de vos emails.

Création : Collaborez avec les membres de votre équipe

Les spécialistes du marketing travaillent avec de nombreuses personnes sur la conception de leurs campagnes emailing. C’est pourquoi il est indispensable pour les professionnels de pouvoir collaborer efficacement avec d’autres personnes sur leurs emails. Pour cela, il existe des solutions collaboratives simples à mettre en place.

Créez des sous-comptes dédiés

Les entreprises réalisent au quotidien différents types d’envois en fonction de leurs objectifs et des destinataires ciblés. Et selon la typologie de ces emails, ce n’est pas toujours la même personne, voire la même équipe, qui en charge de les concevoir et de les envoyer. Par exemple, une personne sera en charge de la newsletter hebdomadaire et une autre sera responsable des emails transactionnels de confirmation d’achat. De ce fait, de nombreuses personnes au sein de l’entreprise sont amenées à travailler sur un même compte. Malheureusement, il arrive alors que certaines modifications qui n’auraient pas dues être faites soient réalisées sur des campagnes emailing. Pour éviter ce type de déconvenues, il est recommandé de créer des sous-comptes dédiés en fonction de vos différents types d’envois. Pour aller plus loin, vous pouvez même définir des accès et des permissions personnalisées à chaque membre de l’équipe en fonction de leur profil.

Gardez le contrôle sur vos modèles d’emails

Les entreprises doivent s’assurer que le style et le contenu de certaines sections de leurs emails soient bien respectés. L’objectif pour les marques est de garantir le respect de leur charte graphique et éditoriale, mais également d’harmoniser l’ensemble des communications qui sont envoyées. Par exemple, il peut être nécessaire de s’assurer que le footer soit exactement le même sur tous les emails. Ainsi, afin de garantir que personne ne puisse effectuer de modifications sur le design et le wording de sections spécifiques, il est recommandé d’utiliser une solution emailing permettant de les verrouiller. Pour aller encore plus loin et vous assurer que tous les modèles envoyés ont bien été validés par la bonne personne, vous pouvez même paramétrer votre compte pour empêcher les utilisateurs de publier des modèles sans permission. De cette manière, chaque template devra être validé par une personne spécifique avant de pouvoir être publié.

Travaillez à plusieurs en temps réel

Ça y est, vous avez créé vos sous-comptes, défini les permissions pour chacun des membres de votre équipe et verrouillé le design/le contenu des sections de vos modèles ? Alors vous êtes prêt(e) à travailler sereinement avec les membres de votre équipe ou avec des personnes extérieures sur la création de vos emails. Afin de ne pas perdre de temps à attendre qu’une autre personne finisse de travailler sur sa partie, il est conseillé de travailler à plusieurs en temps réel directement au sein de votre éditeur d’emails. Non seulement cela vous évitera d’écraser les modifications de vos collègues mais surtout, vous avancerez plus vite sur l’ensemble du processus de création.

Envoi : Optimisez votre délivrabilité

Par délivrabilité, on désigne le fait que des emails légitimes arrivent bien en boîte de réception et non en spam. Pour améliorer votre délivrabilité, il s’agit en fait de respecter plusieurs pratiques, recommandées par tous les acteurs majeurs du secteur.

Montrez que vous êtes un expéditeur légitime

Il existe plusieurs protocoles d’authentification tels que SPF et DKIM que vous devez utiliser pour montrer patte blanche aux FAI (Fournisseurs d’Accès à Internet). Un enregistrement SPF (Sender Policy Framework) sur le serveur DNS (service dont la principale fonction est de traduire un nom de domaine en adresse IP) permet aux propriétaires de noms de domaine de veiller à leur réputation en décidant qui a le droit d’envoyer des emails en leur nom. Ainsi, toute personne absente de la liste des adresses autorisées est considérée comme un usurpateur. DKIM (DomainKeys Identified Mail) est une norme utilisée par les FAI pour vérifier qu’aucun acte de phishing n’a été commis durant l’acheminement de l’email. Il s’agit d’ajouter une signature unique à l’email que vous envoyez. Le serveur de réception peut contrôler la signature du domaine pour confirmer la provenance du message et s’assurer que son contenu n’a pas été manipulé en cours de chemin.

Privilégiez la qualité de vos contacts à la quantité

La qualité de vos listes de contacts a un impact très important sur votre délivrabilité. La raison est que les FAI analysent la façon dont les destinataires interagissent avec les messages qui arrivent dans leur boîte de réception. L’idée est donc de limiter au maximum le nombre de désabonnements et de mises en spams et d’augmenter les taux d’ouverture et de clics. Pour cela, nous vous déconseillons fortement d’acheter ou de louer des listes de contacts constituées par des tiers. Au contraire, nous vous recommandons d’optimiser la qualité de vos listes en collectant les adresses de vos abonnés avec un système de double opt-in. Il s’agit d’obtenir en deux temps la confirmation du consentement de l’utilisateur avant de l’ajouter à l’une de vos listes de destinataires. Une première fois lorsqu’il remplit un formulaire et une deuxième via un email de confirmation, en lui demandant de cliquer sur un lien par exemple.

Soignez le contenu de vos emails

En termes de contenu, il y a plusieurs éléments qui déclenchent les alarmes des FAI et qui peuvent amener vos emails à tomber dans le dossier spams de vos destinataires. C’est pourquoi, nous avons compilé ici quelques conseils à suivre afin de ne pas être pris pour un spammeur :

  • N’utilisez pas de mots en majuscule dans l’objet ou le corps de vos messages.
  • Evitez autant que possible l’emploi des mots fréquemment repérés par les filtres anti-spams comme étant à risque, spécialement lorsqu’ils sont utilisés dans l’objet du message.
  • Faites en sorte que votre objet d’email ne dépasse pas les 35-50 caractères.
  • Insérez un lien de désabonnement (obligatoire) dans chacun de vos messages.
  • Respectez le ratio texte/images suivant : 60% de texte vs 40% d’images.
  • Envoyez du contenu pertinent en adéquation avec les attentes de vos destinataires.

Suivi : Analysez et améliorez votre performance

Pour votre stratégie emailing, tenir une liste de contacts à jour, créer des contenus attrayants et appuyer sur le bouton “Envoyer”, c’est bien. Suivre et analyser la performance de vos campagnes pour les améliorer de manière continue, c’est encore mieux ! 😉 Nous vous expliquons les statistiques à suivre, comment les analyser et surtout la manière dont vous pouvez les améliorer. 

Les statistiques “positives”

Commençons par les statistiques de base : les taux d’envoi et de délivrabilité. Le taux d’envoi est le pourcentage d’emails qui ont quitté le serveur d’envoi pour parvenir à vos destinataires, tandis que le taux de délivrabilité correspond au pourcentage d’emails envoyés qui ont effectivement atteint le serveur de réception. Généralement, ces taux devraient être compris entre 95 % et 100%. Si ce n’est pas le cas, vous devriez vérifier que toutes les bonnes pratiques en lien avec la délivrabilité sont bien appliquées.

Le taux d’ouverture est le pourcentage d’emails délivrés qui ont été ouverts au moins une fois. C’est un bon moyen de savoir si vos destinataires souhaitent lire vos messages. Nous vous recommandons de comparer vos taux d’ouverture avec ceux des entreprises travaillant dans le même secteur industriel que vous. Mais pour vous donner une idée, un bon taux d’ouverture est généralement compris entre 15 et 25%. Si votre taux est en-deçà de ces chiffres, vous devriez revoir les éléments qui impactent majoritairement l’ouverture du message, à savoir : l’objet d’emails, le pré-header et l’adresse expéditrice.

Le taux de clics est le pourcentage d’emails ouverts dont les destinataires ont cliqué sur les liens au moins une fois. Il permet de savoir si vos contenus sont suffisamment intéressants pour inciter vos lecteurs à consulter votre site Internet. Comme pour le taux d’ouverture, le taux de clics varie en fonction de votre secteur. Mais de manière générale, un bon taux de clics est compris entre 3 et 8%. Si vos résultats sont en dessous de ces taux, vous devriez revoir le design et le positionnement de vos Call-To-Action (boutons incitant le lecteur à cliquer). Nous vous invitons également à vérifier que le contenu de vos emails est suffisamment pertinent pour votre cible. Pour cela, vous pouvez par exemple envoyer à vos destinataires un questionnaire pour recueillir leurs feedbacks sur votre contenu.

Les statistiques “négatives”

Le taux de désinscription correspond au pourcentage de destinataires qui ont cliqué sur le lien de désinscription figurant dans l’email. Rappelons qu’il est obligatoire d’ajouter un lien de désinscription dans chacune de vos campagnes emailing. Votre taux de désabonnement ne devrait jamais dépasser 1,4%. Si c’est le cas, il faut analyser la manière dont vos contacts sont ajoutés à vos listes. Dans le cadre du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), il est indispensable d’obtenir le consentement clair et explicite de vos contacts afin de pouvoir les ajouter à une liste. De plus, vous devez être en mesure de prouver ce consentement.

Le taux d’erreur est le pourcentage d’emails qui présentent une erreur qui a fait que l’email n’a pas atteint sa destination (la boîte de réception de votre contact). Il faut distinguer les erreurs temporaires (boîte de réception saturée, message d’absence du bureau, etc.) et les erreurs définitives (domaine invalide, serveur inexistant, etc.). Votre taux d’erreur ne devrait jamais dépasser 8%. Si c’est le cas, nous vous invitons à utiliser des outils dédiés tels que Neverbounce pour nettoyer vos listes de contacts.

Le taux de spam est le pourcentage de destinataires ayant placé l’email dans leur boîte de spams. Cette statistique est celle qui impacte le plus votre délivrabilité, un taux trop élevé peut vous condamner à être catégorisé comme un spammeur chez un FAI. Ce taux ne devrait jamais dépasser 0,08%. Si c’est le cas, vous devriez vérifier que votre lien de désabonnement est trouvable facilement. Le cas contraire, il est possible que vos destinataires vous mettent en spams à défaut d’arriver à se désabonner facilement.

Besoin de plus de conseils sur la façon concevoir des campagnes emailing efficaces ? Retrouvez de nombreuses astuces sur le blog de Mailjet.

Article rédigé par Julie Paci - Mailjet. 
Passionnée du marketing et des nouvelles technologies, Julie Paci est en charge de définir et de mettre en place la stratégie marketing pour la France au sein de Mailjet, la solution emailing des équipes agiles.

Lucile CazesMarketing Manager chez Webmecanik, mon rôle de chef d'orchestre me permet de créer et mettre en place notre stratégie webmarketing. Pour cela, ma curiosité (qui n'est plus un vilain défaut !) est le meilleur atout pour vous proposer du contenus de qualité, des astuces et bonnes pratiques du Marketing Automation & Inbound Marketing. 

10 minutes à lire