Le blog du marketing automation

les écoles de la création web

Par : Margaux Baïs • Pas de commentaire

La nouvelle année est souvent l’occasion du bilan. Pour 2011, nous avons choisi de faire un état des lieux de la création Web en nous concentrant sur les acteurs de ce marché.
En effet, contrairement à la majorité des autres domaines, la création web peut être abordée par des professionnels ayant des sensibilités et des formations très différentes. A quelle école appartient votre partenaire Web ? Est-il le meilleur choix au regard de votre besoin ?

L’école « graphiste »

Souvent issus de formation de type « beaux-arts », les graphistes Web sont nombreux à venir du monde de la communication (plaquette, enseigne…). Les plus jeunes sont issus de formations spécialisées en Web design.
Pour développer un site web, ils utilisent des outils comme Flash, Illustrator ou Photoshop.

Leurs forces :

Ils créent (en général) des sites beaux et originaux. Ils donnent ainsi une identité au site et à la marque.

Leurs faiblesses :

Ils ont tendance à favoriser l’image au détriment du référencement naturel et de l’expérience utilisateur.
Ils sous-traitent les parties techniques, et ne peuvent pas être force de conseil pour des sites qui veulent proposer plus qu’une simple vitrine (extranet, base de donnée, administration, workflow, fonctions Web 2.0, etc.)

L’école technique

Les développeurs « purs » maitrisent des langages et des technologies bien particuliers. Ils sont issus des filières techniques en informatique.

Leurs forces :

Leur maitrise technique leur permet de couvrir tous les besoins en terme fonctionnel (bases de données, extranet, etc.)


Leurs faiblesses :

Ils ne sont pas capables de faire du design, ce qui les rend souvent sous-traitant d’intégrateurs ou de graphistes. Ils cherchent toujours à utiliser la ou les technologies qu’ils maitrisent, sans tenir compte du besoin du client. Ils n’ont pas de compétences en ergonomie et en communication.

Les opportunistes

Les opportunistes utilisent des CMS du marché libre pour proposer des sites « vite faits ». Avec des outils comme Joomla, Drupal ou Plone (qui sont d’excellents CMS), ils peuvent proposer des sites à priori attractifs à des prix défiant toute concurrence.

Leurs forces :

Ils savent mettre en ligne des sites basiques à peu de frais et très rapidement.

Leurs faiblesses :

Ils font des sites qui se ressemblent tous, à partir de modèles standards du marché. Ils ne travaillent pas sur les contenus, produisant ainsi des sites mal référencés et qui ne convertissent pas. Ils sont incapables de proposer des solutions qui sortent des fonctions standards du CMS qu’ils utilisent (un CMS maitrisé permet de tout faire, mais demande des compétences pointues).

Les intégrateurs

Les intégrateurs font appel à des professionnels de chaque domaine pour construire un site : le design est fait par un graphiste, le contenu par un rédacteur, la technique par un informaticien…

Leurs forces :

Ils produisent des sites de qualité à tous les niveaux. Ils sont capable de couvrir l’ensemble des besoins des entreprises à court et long terme. Leur vision large leur permet d’être force de conseil et de proposition dans le cadre d’une stratégie web efficace.

Leurs faiblesses

Ils sont plus chers et proposent des délais de réalisations assez longs.


A vous de choisir !

Auteur

Content Marketing Lover chez Webmecanik, ma mission est de rendre visible et tangible le Marketing Automation. Anciennement consultante en acquisition de trafic, je me suis dirigée vers l’Inbound Marketing, qui est selon moi une évidence dans toutes stratégies webmarketing.